Rencontre avec Fatou Marena

Rencontre avec Fatou Marena, entrepreneuse inspirante et accompagnée par Positive Planet France.

Issue d’un quartier prioritaire de Paris, Fatou Marena s’est lancée dans l’entrepreneuriat. Son projet ? Vendre des box littéraires pour les enfants par le biais d’internet. Pour réaliser son rêve, elle a choisi de faire confiance aux chargés d’accompagnement de notre antenne du 18ème arrondissement de Paris. 

Qui êtes-vous ? Racontez-nous votre histoire !

Je m’appelle Fatou Marena, j’ai 40 ans. Je suis une maman célibataire de 3 garçons. Nous vivons dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV), dans le 17ème arrondissement de Paris.

Quel est votre projet ?

Mon projet est de me lancer dans l’e-commerce sous la forme de box littéraires destinées aux enfants. Les box seront composées selon 3 tranches d’âge : les tout-petits entre 3 et 5 ans, les premières lectures entre 6 et 9 ans et les plus grands entre 9 et 12 ans. Je confectionne ces box pour permettre aux enfants de découvrir et apprécier la lecture ainsi que pour élever le niveau de culture littéraire dans les quartiers populaires, où la population a souvent moins de moyens pour y accéder. Le fait qu’ils reçoivent une box régulièrement peut redonner le goût de la lecture aux enfants. Les parents sont aussi gagnants car les box évitent d’acheter des livres à l’unité qui parfois coûtent très cher.

Les livres m’ont fait rêver, grandir, m’ont donné beaucoup d’imagination et m’ont aidé à me construire

Comment vous est venue cette idée de box littéraires pour enfants ?

Tout d’abord il faut savoir que j’adore lire ! Malheureusement, ce n’est pas forcément le cas de mes enfants. Cette idée m’est donc venue de mon plus jeune fils, qui rencontre de gros problèmes de compréhension au niveau de la lecture, il n’aime pas du tout lire. Ça me fait mal au cœur, en tant que grande fan de littérature depuis mon plus jeune âge, que mon fils n’apprécie pas la lecture autant que moi. Je me suis dit que si on proposait aux enfants une manière plus ludique avec des personnages qui leur ressemblent davantage, cela pourrait leur faire apprécier la lecture. Personnellement, les livres m’ont fait rêver, grandir, m’ont donné beaucoup d’imagination et m’ont aidé à me construire. Je trouve dommage que la jeune génération n’ait pas conscience de la chance qu’elle a de pouvoir s’instruire à travers les livres.

L’état d’esprit de votre projet en 3 mots.

 L’universalité, l’enfance et l’imaginaire.

Comment vous différenciez-vous par rapport à vos concurrents ?

La particularité de cette box, c’est qu’elle contient des ouvrages qui mettent en avant la diversité. Cette diversité est peu représentée dans la littérature jeunesse et dans le secteur de l’édition ce qui préoccupe les parents. En plus, je pense que certains enfants ont du mal à s’identifier aux personnages de leurs livres.

Combien y-aura-t-il de livres dans une box ?

En moyenne, il y aura 3 à 4 livres maximum par box.

Pourquoi avez-vous décidé de vous lancer dans l’entrepreneuriat ?

J’ai décidé de me lancer dans l’entrepreneuriat car je n’ai pas peur des challenges, j’adore relever les défis ! Je suis une passionnée d’art et de culture, ma principale passion est le dessin. J’ai vraiment une âme d’artiste, c’est pourquoi il y a quelques années j’avais sorti, de manière totalement autodidacte, une collection de prêt-à-porter féminin qui allie les tissus du monde entier au jean. Quand j’aime quelque chose, je me dis toujours que je suis capable de le faire et je me donne les moyens d’aller jusqu’au bout. L’entrepreneuriat m’a donc toujours attiré.

En quoi est-ce plus dur d’entreprendre lorsqu’on est issu d’un quartier prioritaire ?

Lorsqu’on est issu d’un quartier prioritaire, trouver des financements pour son projet est parfois difficile. Le fait qu’il existe des organismes gratuits comme Positive Planet France permet à certaines personnes issues des quartiers, de peut-être se découvrir une vocation, et à d’autres qui ont des idées mais qui n’osent pas, d’enfin se lancer.

D’après-vous, quelles sont les qualités qu’une personne doit avoir pour entreprendre ?

Pour moi, pour être un bon entrepreneur il faut être très pragmatique et passionné mais cela ne suffit pas, il faut également être conscient de la réalité qui nous entoure. Un entrepreneur doit détenir une certaine force mentale, ne pas avoir peur de travailler seul et d’être indépendant car, en tant qu’entrepreneur, on vit souvent des moments de solitude. Il est nécessaire de faire preuve de persévérance pour faire face à toutes les difficultés que l’on peut rencontrer.

J’ai vraiment l’impression d’être animée par mon projet ”

Où en êtes-vous dans la création de votre projet ?

Pour l’instant, j’en suis encore au début. Je suis passée de l’étape de l’idée du projet à sa mise en place car je suis immatriculée. En ce moment, je suis en train de travailler sur l’étude de marché, je réfléchis au coût de production de mes box, comment je vais les faire et les vendre, ma position sur le marché et comment je vais en faire ma promotion. Il me reste beaucoup de travail à faire !

Qu’avez-vous appris sur vous depuis le début de cette aventure qu’est l’entrepreneuriat ?

J’ai découvert que j’étais persévérante et tenace même si je rencontre parfois des moments de doute. Ce n’est pas tous les jours facile, je me pose beaucoup de questions, je travaille beaucoup sur mon projet. Pourtant il y a toujours cette espèce d’étincelle, de passion. J’ai vraiment l’impression d’être animée par mon projet.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez ou avez pu rencontrer ?

Actuellement, ce qui m’embête un peu c’est le manque de temps. À côté de ça, je suis salariée et je ne peux pas me consacrer pleinement à mon projet. Sur tout ce temps que je passe au travail, parfois je ressens une grande frustration car j’ai peu de temps libre pour avancer sur mon projet. Je me suis déjà remise en question sur le fait de lâcher mon emploi pour m’y consacrer à 100% mais je ne peux pas me le permettre.

Quelle est votre plus grande réussite à ce jour ? Ce qui vous rend le plus fier ?

C’est de ne jamais avoir baissé les bras malgré les imprévus et de toujours continuer à y croire.

Demandez-vous conseil à votre entourage concernant votre projet ?

Honnêtement, j’évite d’en parler à mon entourage car je n’ai pas envie qu’on essaye d’interférer. Pour l’avoir fait dans le passé avec mon projet de collection de prêt-à-porter féminin, on me demandait régulièrement « mais pourquoi tu fais ça alors que tu travailles ? ». On a souvent l’impression que la famille et les amis vont nous soutenir mais nous ne sommes pas toujours compris.

Comment avez-vous connu Positive Planet ?

Je suis passée devant l’antenne par le plus grand des hasards en allant à mon bureau de poste. J’ai été curieuse et je me suis renseignée sur internet. J’ai vu que c’était un organisme qui pouvait m’intéresser pour mon projet. En plus, je corresponds au profil que recherche Positive Planet France car j’habite dans un QPV (quartier prioritaire de la politique de la ville). Je trouve ça bien qu’on puisse avoir accès à des entités comme celles-ci.

Qu’est-ce qui vous plaît dans l’accompagnement que Positive Planet France propose ?

Nous sommes accompagnés mais on ne nous impose rien, nous sommes libres et nous savons que notre projet c’est nous qui le tenons. Pour moi, cet aspect-là est très important, on ne dénature pas le projet mais on nous apporte tout de même les réponses et les conseils dont on a besoin pour la mise en place de notre entreprise.

  Les plus grandes réussites, viennent des plus grandes espérances

Si vous devriez choisir une personne ou une célébrité qui vous inspire, ce serait laquelle ?

Je dirais Steve Jobs ou bien Bill Gates. C’est peut-être basique mais ce sont des icônes de l’entrepreneuriat, surtout pour moi qui vise l’e-commerce.

Avez-vous une citation qui vous inspire dans la vie de tous les jours ?

J’en ai inventé une qui dit que « les plus grandes réussites, viennent des plus grandes espérances ». C’est mon projet qui m’a inspiré cette phrase et donc je me motive avec.

Quel conseil pourriez-vous donner à quelqu’un qui désire se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Je pense qu’il faut être sûr de soi à 200% avant de se lancer dans cette aventure. Il ne faut pas avoir peur des moments difficiles et surtout, ne jamais baisser les bras !

Laisser un commentaire

commodo in Phasellus et, eleifend Sed venenatis, dictum libero